La mortalité par cancer du col utérin
ARTICLES MÉDICAUX

La mortalité par cancer du col utérin

Le Ministère de la santé encourage la création de dossiers hospitaliers dans les établissements de santé comme source de dossiers de population de cancer, afin de répondre aux besoins de gestion et d’administration de l’hôpital, du programme de lutte contre le cancer et de chaque patient. Le cancer du col utérin.  La mortalité par cancer du col utérin, ajustée en fonction de l’âge, a diminué de 37% entre 1999 et 2008.  En 2010, le taux de mortalité était de 7,6 pour 100 000 femmes, soit un taux inférieur à celui de 2000, qui atteignait 8,8 pour 100 000 femmes.  En 2009, il y a eu 3 023 sorties d’hôpital.

En 2011, 1 043 078 paps ont été réalisés dans la population témoin du SNSS, dont 7% ont eu un résultat positif, tandis que le groupe d’enfants de moins de 39 ans a concentré 52% des résultats positifs.  La population féminine en contrôle avec PAP actuel (dernières années 3) en 2011 a atteint 2 065 113 femmes. Le cancer du sein.  Entre 1990 et 2008, le taux de mortalité ajusté a diminué de 14,4%.

Maladies chroniques non transmissibles

En 2010, le cancer du sein a causé 15,7 décès pour 100 000 femmes.  90,6% des décès surviennent après l & apos; âge de 45 ans, soit un taux de 41,8 pour 100 000 femmes dans ce groupe.  La mortalité masculine due à ce cancer a atteint 0,2 pour 100 000 hommes la même année.  En 2009, 7 616 femmes et 72 hommes ont quitté l & apos; hôpital pour cette cause.  Le diagnostic de cancer du sein à des stades plus précoces (in situ, I et II) est passé de 42,9% à 69,4% entre 1999 et 2009.  En outre, une réduction de 74,4% a été observée dans les cas diagnostiqués au stade IV au cours de la même période (20,7 à 5,3%).

En 2011, le nombre de femmes en contrôle dans SNSS avec examen physique des seins effectué au cours des trois dernières années a atteint 1,8 million et le nombre de femmes avec mammographie réalisée au cours des trois dernières années a atteint 419 mille.

Les Maladies Cardiovasculaires.  Ils représentent la principale cause de décès avec 27 158 décès en 2010, ce qui représente 27,7% du total des décès cette année-là, le taux de mortalité a atteint 158,9 pour 100 000 habitants valeur qui est plus élevé que l’année précédente 146,7 pour 100 000 habitants.

Maladies chroniques non transmissibles

Les composantes de la mortalité cardiovasculaire sont les maladies cardiaques ischémiques et vasculaires du cerveau, qui représentent ensemble 65,5% du total des décès dans le groupe.  Le taux de mortalité par maladie ischémique est passé de 49,9 à 45,6 décès pour 100 000 habitants entre 2000 et 2010.  Au cours de cette période, le taux de mortalité par maladies cérébrovasculaires est passé de 48,4 à 52 décès pour 100 000 habitants. En 2009, les taux de sortie des hôpitaux pour les cardiopathies ischémiques et les maladies vasculaires cérébrales étaient respectivement de 133,4 et 154,0 pour 100 000 habitants.

Il y a également une augmentation progressive

En 2011, la population en contrôle dans SNSS dans PSCV a atteint un total de 1 829 771, dont plus de 50% ont plus de 55 ans, dans ce groupe 18,1% a une classification de risque cardiovasculaire très élevé, 17,9% faible risque cardiovasculaire et 63,8% modéré et élevé.  83,3% sont hypertendus, 31,9% sont diabétiques, 39% sont dyslipidémiques, 12% sont fumeurs et 34,4% sont obèses.

Hypertension

On estime que la prévalence réelle de l’hypertension devrait être proche de 26% (confirmation post-diagnostique).  En 2010, 26,9% de la population chilienne de plus de 15 ans a augmenté la pression artérielle (moyenne de trois mesures supérieures à 140 mm Hg systolique, ou supérieures à 90 mm Hg diastolique, ou normotensive mais en traitement médicamenteux), avec une prévalence plus élevée chez les hommes que chez les femmes (28,7% et 25,3% respectivement).  Il y a également une augmentation progressive de la prévalence selon l’âge, avec 2,6% dans le groupe d’âge des 15-24 ans et 74,6% dans le groupe d’âge des 65 ans et plus.  Selon le niveau d’instruction, la strate inférieure est de 51,1%.

Les rejets d’hypertension ont atteint 6 778 en 2009 (8) et il y a eu 3 976 décès en 2010, ce qui représente un taux de 23,3 pour 100 000 habitants, beaucoup plus élevé que celui enregistré en 2000 de 14,9 pour 100 000 habitants, le taux le plus élevé est la femme en 2010 a atteint 27,3 pour 100 000 femmes (22).  En 2011, la population sous contrôle dans le NHS en raison de l’hypertension a atteint 1 523 543, ce qui représente 83,2% des personnes dans le programme de santé cardiovasculaire.

Le cancer a causé 23,6% des décès

En 2010, le cancer a causé 23,6% des décès, ce qui constitue la deuxième cause de décès dans le pays, avec 23 136 décès et un taux de 135,3 décès pour 100 000 habitants.  Il y a eu 117 860 sorties d & apos; hôpital en 2009, pour la plupart des femmes (61,9%) et des personnes âgées de 45 à 64 ans (37,3%). En 2010, il y a eu 3 316 décès dus au cancer de l & apos; estomac (19,4 décès pour 100 000 habitants) et 2 674 décès dus au cancer du poumon (15,6 décès pour 100 000 habitants).  Chez les hommes, les causes les plus fréquentes sont le cancer de l’estomac et de la trachée, des bronches et du poumon (26,6 et 20 décès pour 100 000 habitants, respectivement).

Chez les femmes, les principales causes sont le cancer du sein, de la vésicule biliaire et de l’estomac (15; 14,4 et 12,4 décès pour 100 000 habitants, respectivement).

Le Ministère de la santé encourage la création de dossiers hospitaliers dans les établissements de santé comme source de dossiers de population de cancer, afin de répondre aux besoins de gestion et d’administration de l’hôpital, du programme de lutte contre le cancer et de chaque patient.

Le cancer a causé 23,6% des décès

Le cancer du col utérin.  La mortalité par cancer du col utérin, ajustée en fonction de l’âge, a diminué de 37% entre 1999 et 2008.  En 2010, le taux de mortalité était de 7,6 pour 100 000 femmes, soit un taux inférieur à celui de 2000, qui atteignait 8,8 pour 100 000 femmes.

En 2009, il y a eu 3 023 sorties d’hôpital. En 2011, 1 043 078 paps ont été réalisés dans la population témoin du SNSS, dont 7% ont eu un résultat positif, tandis que le groupe d’enfants de moins de 39 ans a concentré 52% des résultats positifs.  La population féminine en contrôle avec PAP actuel (dernières années 3) en 2011 a atteint 2 065 113 femmes.

Leave a Reply

Your email address will not be published.